Comment poser une toiture en shingle ?

Une toiture en shingle séduit de nombreuses personnes du fait de sa durabilité, de sa facilité de pose et de son esthétisme. Typiquement américain, le shingle s’apparente à l’ardoise. Mais en réalité, il est fabriqué avec des feuilles de feutre nappées de bitume. Dans les pays européens, le shingle est connu sous le nom de bardeaux bitumés. Pour la poser correctement, il faut respecter certaines étapes et conditions.

Bien choisir le type de pose

D’une manière générale, la mise en place d’une toiture shingle est très simple. Cependant, il faut choisir entre la méthode américaine et la méthode française.

La méthode américaine : rapide et simple

Avec cette méthode, on doit clouer ou agrafer directement les feuilles de feutres sur les panneaux de bois. Cependant, il faut faire attention avec le clouage. En fait, s’il n’est pas bien fait, on risque d’avoir des brèches qui favorisent l’infiltration de l’eau de pluie.

Cette technique de pose est donc recommandée pour le garage ou l’abri de jardin. Elle ne s’adapte pas à l’habitation principale, car son étanchéité est moindre.

La méthode française : durable

La méthode française est à privilégier pour une toiture en shingle plus durable. Cette technique ressemble à celle de la pose d’une ardoise. Le crochetage sur des liteaux est donc nécessaire.

Bien que la méthode française soit plus complexe, elle offre une excellente résistance face aux intempéries.

Les travaux de préparation

Avant de poser la toiture en shingle, de nombreux travaux sont à réaliser.

Le support du shingle

Il est impératif de bien soigner l’assise de la toiture afin de poser convenablement le shingle. D’ailleurs, cela permet de garantir son étanchéité ainsi que sa solidité.

Étant une feuille souple, le shingle doit être posé sur une surface continue et plane. L’utilisation de voliges à emboîtement ou de contreplaqués de type OSB est vivement conseillée.

Quant au panneau rigide, il doit avoir une épaisseur de 14 mm minimum, mais l’idéal est de 20 mm.

Le traçage et le quadrillage du toit

Cette étape est la plus difficile dans la pose du shingle. En effet, le bon alignement des bardeaux dépend du traçage. Pour cela, il faut commencer par tracer un trait horizontal à environ 20 cm du bord de la toiture. Il faut ensuite tracer une autre ligne perpendiculaire à partir de cette ligne. Après cela, il faut tracer des lignes horizontales, tout en espaçant de 11 à 15 cm. Cela permet, en effet, de bien aligner les bardeaux.

Cependant, il faut savoir que ces espacements dépendent grandement de la pente du toit. De ce fait, si elle est plus faible, une superposition plus importante des bardeaux est nécessaire.

À titre de rappel, pour installer correctement le shingle, la pente minimale à respecter sur une toiture est de 20 %.

L’installation de barreaux

La mise en place du shingle s’effectue généralement de bas en haut. Il faut d’abord coller une bande d’égouts en zinc sur l’extrémité du panneau rigide. En effet, cela permet de protéger la toiture des eaux pluviales ainsi que d’autres intempéries.

Une fois la bande appliquée, il faut poser la première couche de shingle à l’envers, puis la doubler avec la seconde couche. Mais cette fois-ci, la pose doit être réalisée dans le bon sens de ce matériau.

Le clouage ou l’agrafage de bandeaux sur la rangée précédente doit être fait en 5 points. Afin d’éviter les déchirures, il faut clouer ou agrafer de gauche à droite tout au long de cette étape.

Faire appel à un couvreur professionnel

Bien que la pose d’un shingle puisse être effectuée par soi-même, rien ne vaut la qualité du travail d’un couvreur professionnel. Pour cela, n’hésitez pas à contacter l’entreprise Isserte à Gratentour. Elle est spécialisée dans les travaux de bâtiment depuis 12 ans. Elle propose également d’autres services tels que la construction de piscines, la rénovation de toiture et la maçonnerie générale.