3 étapes à suivre avant de poser des spots encastrés dans votre salon

Pour apporter une touche contemporaine à l’intérieur de votre pièce à vivre, vous pouvez placer un plafonnier classique ou des spots encastrés. Ces derniers peuvent être une excellente idée. Mais avant de le réaliser, il est recommandé de bien étudier et bien opter pour la technique de pose. En effet, le projet nécessite souvent des travaux importants. Voici 3 étapes qu’il faut réaliser avant d’installer des spots encastrés dans votre salon.

1 – Choisir le type de spots encastrés à poser

Lors de  cette première étape, vous devez déterminer le type de spots encastrés et choisir ceux qui répondent à vos attentes et à vos besoins en éclairage. Mais il faut également opter pour ceux qui peuvent offrir une ambiance dans cette pièce à vivre. D’ailleurs, ces dispositifs sont essentiels, car l’efficacité lumineuse en dépendra.

En général, il y a plusieurs sortes de spots encastrables :

  • Halogène très basse tension ;
  • Halogène haute tension ;
  • Spots LED intégrée.
  • Spots encastrables fluocompact

Les spots encastrés halogène très basse tension

Le spot encastré halogène très basse tension ou TBT (de 12 V) a une durée de vie très longue. De plus, il est discret, car son corps est généralement inséré dans le plafond. Mais la mise en place de ce dispositif nécessite l’utilisation d’un transformateur. Néanmoins, celui-ci ne doit pas être placé près des spots.

Les spots encastrés halogène haute tension

Ce sont des dispositifs qui s’alimentent avec un courant de 220 V. Ils sont le plus souvent branchés directement sur l’arrivée électrique. Ils sont également constitués de douille GU10, et parfois d’ampoule LED, halogène ou même fluocompact. À la différence des autres modèles de spots, notamment les spots à basse tension, ceux à haute tension peuvent restituer plus de lumière.

Les spots encastrables fluocompacts

Les spots encastrables fluocompacts sont très économiques, car ils consomment peu d’énergie. En revanche, ils mettent beaucoup de temps avant de pouvoir s’allumer. Leur avantage réside sur le fait qu’ils n’ont pas peur de l’humidité.

Les spots encastrables LED

Les spots encastrables LED ont une certaine particularité : celle de ne pas dépasser le faux plafond où ils sont insérés. De ce fait, ils sont très utiles pour un endroit réduit ou même au-dessus d’un meuble. Mais ils peuvent aussi donner une ambiance de ciel étoilé. Comme les spots encastrables très basse tension, les ampoules LED ont également une durée de vie très longue.

En outre, les spots encastrés LED sont à la fois écologiques et économiques, car ils consomment moins d’électricité.

2 – Déterminer le nombre de spots encastrables nécessaires ?

Lots de cette deuxième étape, il est indispensable de déterminer le nombre exact de spots nécessaire pour éclaircir votre salon. Dans ce cas, il faut impérativement connaître les dimensions de votre pièce à vivre. Vous devez également bien agencer la couleur du sol et les meubles, afin d’avoir une lumière optimale.

Pour obtenir un éclairage homogène, vous devez compter au moins 300 lux/mètre carré. Cela vous permettra de fournir une lumière blanche chaude, de près de 2 700 kelvins.

3 – Choisir pour une implantation décorative

Il est fortement déconseillé de faire une répartition trop rectiligne des spots. Le but est d’éviter d’obtenir un effet de type hall d’hôpital ou d’aéroport. Il est plutôt conseillé de déterminer s’il n’y a pas de quadrillage rigide du plafond. En revanche, vous pouvez concevoir des points répartis pour dynamiser l’éclairage.

Vous pouvez, par exemple, dessiner un rectangle de spots au-dessus de la zone salon, un autre au-dessus de la table à manger et de la télévision. Cela permet de bien marquer ces trois points ou espaces différents.