Chantier de démolition : les normes de sécurité à respecter par l’entreprise

Qu’il s’agisse d’une démolition partielle ou d’une démolition totale d’un bâtiment, les travaux sont soumis à des règles de sécurité très strictes. En effet, il est obligatoire de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de tous les intervenants sur le chantier ainsi que celle des riverains. Alors, quelles sont les normes de sécurité à respecter lors d’une démolition ?

La réalisation d’un diagnostic amiante et plomb

Depuis 2001, tous les travaux de démolition portant sur les immeubles qui ont été construits avant le 1er juillet 1997 doivent faire l’objet d’un repérage de l’amiante. L’objectif du diagnostic consiste à repérer les produits et les matériaux qui peuvent contenir de l’amiante. Contrairement à un diagnostic amiante réalisé dans le cadre d’une vente immobilière, le repérage de l’amiante avant la démolition concerne toutes les parties de l’immeuble, même les plus inaccessibles. Le diagnostic peut même comporter des opérations destructives si cela est indispensable. De plus, le repérage ne peut être effectué que si le chantier est totalement évacué. C’est pour cela qu’il doit être confié à un professionnel qui dispose des compétences nécessaires. EDDTP est l’une de ces entreprises spécialisées dans les travaux de démolition et de désamiantage à Fort-de-France.

La sécurisation du chantier

Un chantier de démolition est un endroit très dangereux. C’est pour cela qu’il est indispensable de sécuriser le chantier afin de limiter tout risque d’accident. Par conséquent, son accès doit être interdit à toute personne étrangère au projet. Si l’immeuble en question est d’une grande envergure, l’entreprise qui effectue l’intervention doit engager des services de vigiles pour gérer l’accès sur le chantier. Une pancarte doit même être installée à proximité pour signaler les travaux. Il faut également mettre en place des barrières de sécurité et des clôtures. Les réseaux de raccordements d’eau, d’électricité et de gaz doivent aussi être interrompus pour éviter les accidents. Si la hauteur de la maison à démolir dépasse plus de 6 m, il faut installer un filet de sécurité pour prévenir les risques de chute accidentelle.

 

Le choix du matériel à utiliser

Si la superficie du bâtiment à démolir est peu importante, l’opération peut se faire avec des outils manuels comme les burins et les masses. Par contre, pour les surfaces plus importantes, il est nécessaire d’utiliser du matériel et des engins plus performants comme un bouteur, une pelle ou une pince de démolition. Toutefois, pour assurer le bon déroulement de l’intervention, les engins doivent être conduits par des conducteurs assermentés et qualifiés. D’ailleurs, une autorisation de conduite délivrée par l’employeur est obligatoire. Les engins utilisés doivent aussi détenir une attestation confirmant qu’ils ont fait l’objet d’une vérification et d’un contrôle technique. De plus, ils doivent être conformes aux travaux effectués. Ceci est défini par la notice d’utilisation qui porte sur le gabarit de l’engin et les conditions de circulation.

 

 

La gestion des déchets de chantier

Que ce soit dans le cadre d’une démolition totale ou d’une démolition partielle, le degré de nocivité des déchets de chantier est toujours important. La gestion de ces déchets est réglementée depuis 1975. En effet, même si 70 % des déchets de chantiers sont inoffensifs pour la santé, il faut les évacuer hors du chantier afin d’être recyclés. Il existe des endroits appropriés comme les déchetteries dans lesquels on peut les évacuer et les traiter. Toutefois, l’entreprise intervenante peut s’occuper elle-même de la valorisation de ces déchets dans des installations agréées. Par contre, pour les déchets considérés comme dangereux qui sont nocifs pour la santé et l’environnement, ils doivent être livrés avec la plus grande précaution vers les installations de stockage de déchets dangereux.