Archives

les travaux de couverture

Quelle couverture choisir pour une toiture à faible pente ?

La toiture à faible pente est le type de toiture le plus répandu sur les maisons modernes. Opter pour ce type de toiture procure bon nombre d’avantages. Étant donné qu’il n’est pas indispensable de mettre en œuvre une charpente pour la soutenir, elle ne nécessite pas beaucoup de matériaux. L’autre atout de choisir une toiture à faible pente est qu’elle peut être aménagée, puisqu’elle est facilement accessible. Il est possible de la transformer en toiture terrasse ou d’y installer une toiture végétalisée. Toutefois, afin d’assurer une bonne étanchéité et une bonne isolation thermique, il est indispensable de choisir le bon matériau pour la couverture. Alors, quelle couverture choisir pour une toiture à faible pente ?

Quels matériaux choisir pour une toiture à faible pente ?

Bien qu’elles soient très esthétiques, les toitures à faible pente sont beaucoup plus contraignantes par rapport aux toitures en pente. En effet, leur faible déclinaison ne permet pas un écoulement optimal des eaux de pluie et des fontes des neiges. L’eau a tendance à stagner et peut entraîner des problèmes d’infiltrations d’eau. C’est pour éviter cela qu’elles doivent être parfaitement étanches. Le poids de la neige accumulée peut également provoquer une dégradation prématurée de la structure si le matériau utilisé n’est pas approprié à supporter une telle charge. Pour mieux vous accompagner dans le choix du matériau de votre toiture, vous pouvez vous adresser à l’entreprise M.MASSON, qui est spécialisée dans les travaux de rénovation et les travaux de couverture à Sainte-Hélène. Voici toutefois quelques exemples de matériaux de couverture pour une toiture à faible pente :

La membrane élastomère

C’est le revêtement idéal pour les toitures plates et les toitures à faible pente. Il y a deux types de membranes élastomère. Il y a la membrane traditionnelle qui est généralement d’une couleur blanche, noire ou grise. Elle est composée d’une membrane de sous-couche et d’une couche de finition. Ce type de revêtement nécessite l’utilisation d’un chalumeau pour sa pose, contrairement à la membrane auto-adhésive qui requiert une pose à froid. La membrane élastomère se distingue par sa longue durée de vie et sa grande résistance aux intempéries. Ce type de revêtement comporte également bon nombre d’avantages. En effet, il se distingue par son élasticité et sa grande résistance aux intempéries. La membrane élastomère est composée d’asphalte modifié et de granules qui lui confèrent sa grande étanchéité. Cette fusion protège également la toiture contre les rayons néfastes du soleil. La membrane élastomère possède une durée de vie importante et nécessite peu d’entretien.

Les plaques métalliques

Réservée autrefois aux bâtiments industriels, la toiture métallique s’impose de plus en plus sur les maisons individuelles. Elle peut se présenter sous forme de plaques ondulées, de plaques nervurées ou de feuilles de métal laminé. Il y a une grande possibilité de choix de matériaux lorsqu’on parle d’une toiture métallique. En effet, vous pouvez choisir entre le zinc, le cuivre, l’acier et l’aluminium. Les panneaux métalliques sont proposés dans une large gamme de coloris et de styles, leur permettant de s’adapter à tout type d’architecture. La toiture en métal est plébiscitée par sa grande résistance face aux intempéries et aux écarts de température. Ceci explique d’ailleurs sa popularité dans les régions au climat rude. Cependant, dans les régions où le taux d’enneigement est important, il est indispensable d’y poser un écran sous-toiture et des crochets à neige pour obtenir plus de protection. Si les panneaux métalliques sont correctement installés, la toiture peut durer jusqu’à une dizaine d’années. Quoi qu’il en soit, une inspection annuelle est toujours recommandée pour vérifier l’état des plaques et des joints. Certains matériaux comme l’acier demandent également un entretien régulier pour les protéger de la rouille.

Qui doit payer l’entretien de toiture ?

Dans le cadre d’un bail immobilier, les travaux d’entretien et de réparations effectués sur un bien sont encadrés par une loi. Celle-ci précise le rôle du propriétaire et du locataire dans l’entretien du bien à louer. En effet, le locataire est tenu de prendre en charge les dégradations qui surviennent au cours du bail, sauf si elles sont causées par le propriétaire. Cette obligation ne concerne pas également les réparations liées à un vice de construction. Quant aux travaux lourds, ils sont à la charge du propriétaire. Alors, qu’en est-il des travaux d’entretien de la toiture ?

Quelles sont les réparations à la charge du propriétaire ?

Le bailleur a pour obligation de faire en sorte que le bien à louer soit en bon état et aux normes au moment de l’entrée du locataire dans les lieux. Par conséquent, il doit financer tous les travaux nécessaires pour cela. Toutefois, aucune loi ne l’interdit de passer un accord avec le locataire afin que celui-ci prenne en charge les frais des travaux contre une exonération du loyer temporaire. Au cours du bail, le propriétaire doit également s’occuper de toutes les réparations qui ne portent pas sur l’entretien courant. Cela inclut les travaux de réfection et les travaux d’entretien de toitures, de murs et de façades, ainsi que le remplacement de menuiseries en cas de vétusté. Il en est de même pour les travaux de plomberie, de systèmes électriques, ainsi que la réparation et le changement de la chaudière et du chauffe-eau.

Que se passe-t-il si le locataire refuse les travaux entrepris par le propriétaire ?

Le propriétaire doit informer le locataire par le biais d’une lettre recommandée ou d’une lettre remise en main propre sur les travaux à effectuer. Cette notification doit comporter les modalités de leur exécution ainsi que la nature des travaux. Cette démarche est nécessaire pour permettre au locataire de se préparer et d’être disponible au cas où il est indispensable d’entrer dans le logement. De ce fait, si celui-ci refuse que les travaux soient réalisés, le propriétaire peut saisir le tribunal afin d’obtenir une autorisation venant du juge. En revanche, si les travaux impactent sur l’utilisation du logement ou que si les travaux durent plus de 21 jours, une réduction du loyer est envisageable.

Quelles sont les réparations locatives à la charge du locataire ?

Comme le propriétaire a pour responsabilité de mettre à la disposition du locataire un logement décent, celui-ci est donc tenu de prendre en charge les travaux d’entretien courant. Cela inclut le remplacement des éléments comme les interrupteurs, les ampoules, les fusibles, les baguettes et les prises de courant. Dans le cas d’une location meublée, le locataire a aussi pour obligation de prendre en charge l’entretien de la machine à laver, du réfrigérateur, de l’adoucisseur d’eau, de l’appareil de conditionnement, etc. Bien que les travaux dits lourds sont à la charge du propriétaire, le locataire peut toutefois faire faire des travaux d’aménagement s’il le souhaite. En ce qui concerne ce sujet, l’entreprise COUVERTURE J-L LEPROVOST FILS est spécialisée dans les travaux de construction et de rénovation à Le Bény-Bocage. Les frais liés aux travaux effectués sont également à la charge du locataire. Par contre, si les travaux envisagés entraînent des modifications importantes, il faut obtenir une autorisation par écrit du propriétaire. Une liste complète des travaux à effectuer doit lui être également remise . Il peut s’agir de la suppression d’une cloison, d’un remplacement du revêtement existant, de l’amélioration du vitrage, etc. Si le propriétaire donne son accord pour la réalisation des travaux, il peut choisir de participer aux frais en versant une indemnité au locataire ou en procédant à une réduction de loyer.