Comment bien choisir les tringles à rideaux ?

Les tringles à rideaux sont généralement formées par différents éléments, dont les embouts, les attaches de rideaux, la barre proprement dite et les supports. Elles servent à habiller les fenêtres de votre maison. Avant de faire le choix, il est recommandé de lire cet article pour en savoir plus sur les tringles à rideaux.

Les tringles à rideaux : de quoi s’agit-il ?

Les tringles à rideaux sont également connues sous l’appellation de barres à rideaux. Elles servent généralement à tenir les voilages, afin que celles-ci ne tombent pas. Si vos rideaux sont épais ou lourds, il est fortement recommandé de trouer  vos murs.

Les tringles à rideaux : quelle forme choisir ?

Pour que vous puissiez poser votre nouvelle paire de rideaux, il est conseillé de bien choisir le type et le modèle de tringle. Ainsi, optez pour celle qui est adaptée à la situation. En général, il y a plusieurs formes de triangles, comme :

  • La tringle avec des embouts ronds ;
  • La tringle avec des embouts carrés, etc.

Les tringles existent en différentes matériaux et couleurs, comme :

  • Le bois ;
  • Le laiton ;
  • L’acier ;
  • Le fer forgé, etc.

Ainsi, il est devenu facile d’habiller les fenêtres tout en utilisant les plus beaux accessoires qui existent. D’ailleurs, le principal objectif des barres est de mettre les rideaux en valeur

Les tringles à rideaux : de quoi sont-elles composées ?

En général, une barre à rideaux est constituée de quelques éléments importants, dont :

  • Les embouts ;
  • La barre ;
  • Les attaches ;
  • Les rideaux ;
  • Les supports.

Vous pouvez utiliser tous les accessoires pour créer le type de décoration qui vous convient  Il ne reste donc qu’à trouver l’inspiration pour une déco adaptée à la configuration de votre intérieur.

Que choisir entre tringles et rails ?

Pour la pose de rideaux, vous pouvez choisir d’utiliser une tringle ou un rail. Pour une barre invisible, il est conseillé d’opter pour le rail. En effet, il va bien avec une pièce qui présente beaucoup d’ouvertures. En revanche, les tringles sont nécessaires pour les finitions de rideaux à œillets, à fronces ou à plis. Effectivement, les modèles ronds peuvent offrir un aspect plus décoratif que le rail.

Fonctionnalité et esthétisme de la tringle

Le choix de la barre à rideau

Les barres à rideaux jouent un double rôle. En effet, elles sont à la fois décoratives et fonctionnelles. Elles sont le plus souvent fabriquées en laiton, en cuire, en bois ouvragé, sculpté ou lisse.

Il existe deux sortes de barres à rideaux :

  • Les barres de petite taille : idéales pour les voilages et les rideaux légers ;
  • Les barres épaisses : parfaites pour les doubles-rideaux et les rideaux lourds.

Le choix des embouts

Une fois que vous avez choisi les types et modèles de barres à rideaux, il est  temps de trouver les embouts décoratifs. Cependant, il est fortement conseillé d’opter pour celui qui est adapté à la taille des barres.

Le choix de l’embout dépend principalement du style que vous voulez donner à votre intérieur. Dans ce cas, vous pouvez choisir plusieurs accessoires qui permettent de concevoir une déco personnelle : chic, moderne, classique, urbain, etc. Il existe différentes sortes d’embouts, notamment :

  • L’embout à chapeau à capuchon ;
  • L’embout à chapeau de coloris nickel, etc.

Choix du style et de la couleur de la tringle à rideaux

Il faut impérativement que les tringles puissent s’harmoniser avec la décoration et le style  de la pièce. Dans ce cas, il faut rester

 

[1]Choix de mot inapproprié

3 étapes à suivre avant de poser des spots encastrés dans votre salon

Pour apporter une touche contemporaine à l’intérieur de votre pièce à vivre, vous pouvez placer un plafonnier classique ou des spots encastrés. Ces derniers peuvent être une excellente idée. Mais avant de le réaliser, il est recommandé de bien étudier et bien opter pour la technique de pose. En effet, le projet nécessite souvent des travaux importants. Voici 3 étapes qu’il faut réaliser avant d’installer des spots encastrés dans votre salon.

1 – Choisir le type de spots encastrés à poser

Lors de  cette première étape, vous devez déterminer le type de spots encastrés et choisir ceux qui répondent à vos attentes et à vos besoins en éclairage. Mais il faut également opter pour ceux qui peuvent offrir une ambiance dans cette pièce à vivre. D’ailleurs, ces dispositifs sont essentiels, car l’efficacité lumineuse en dépendra.

En général, il y a plusieurs sortes de spots encastrables :

  • Halogène très basse tension ;
  • Halogène haute tension ;
  • Spots LED intégrée.
  • Spots encastrables fluocompact

Les spots encastrés halogène très basse tension

Le spot encastré halogène très basse tension ou TBT (de 12 V) a une durée de vie très longue. De plus, il est discret, car son corps est généralement inséré dans le plafond. Mais la mise en place de ce dispositif nécessite l’utilisation d’un transformateur. Néanmoins, celui-ci ne doit pas être placé près des spots.

Les spots encastrés halogène haute tension

Ce sont des dispositifs qui s’alimentent avec un courant de 220 V. Ils sont le plus souvent branchés directement sur l’arrivée électrique. Ils sont également constitués de douille GU10, et parfois d’ampoule LED, halogène ou même fluocompact. À la différence des autres modèles de spots, notamment les spots à basse tension, ceux à haute tension peuvent restituer plus de lumière.

Les spots encastrables fluocompacts

Les spots encastrables fluocompacts sont très économiques, car ils consomment peu d’énergie. En revanche, ils mettent beaucoup de temps avant de pouvoir s’allumer. Leur avantage réside sur le fait qu’ils n’ont pas peur de l’humidité.

Les spots encastrables LED

Les spots encastrables LED ont une certaine particularité : celle de ne pas dépasser le faux plafond où ils sont insérés. De ce fait, ils sont très utiles pour un endroit réduit ou même au-dessus d’un meuble. Mais ils peuvent aussi donner une ambiance de ciel étoilé. Comme les spots encastrables très basse tension, les ampoules LED ont également une durée de vie très longue.

En outre, les spots encastrés LED sont à la fois écologiques et économiques, car ils consomment moins d’électricité.

2 – Déterminer le nombre de spots encastrables nécessaires ?

Lots de cette deuxième étape, il est indispensable de déterminer le nombre exact de spots nécessaire pour éclaircir votre salon. Dans ce cas, il faut impérativement connaître les dimensions de votre pièce à vivre. Vous devez également bien agencer la couleur du sol et les meubles, afin d’avoir une lumière optimale.

Pour obtenir un éclairage homogène, vous devez compter au moins 300 lux/mètre carré. Cela vous permettra de fournir une lumière blanche chaude, de près de 2 700 kelvins.

3 – Choisir pour une implantation décorative

Il est fortement déconseillé de faire une répartition trop rectiligne des spots. Le but est d’éviter d’obtenir un effet de type hall d’hôpital ou d’aéroport. Il est plutôt conseillé de déterminer s’il n’y a pas de quadrillage rigide du plafond. En revanche, vous pouvez concevoir des points répartis pour dynamiser l’éclairage.

Vous pouvez, par exemple, dessiner un rectangle de spots au-dessus de la zone salon, un autre au-dessus de la table à manger et de la télévision. Cela permet de bien marquer ces trois points ou espaces différents.

Rénovation de salle de bains : les erreurs à éviter

La salle de bains figure parmi les pièces que l’on rénove le plus. Comme on y passe beaucoup de temps, on veut y être à l’aise. C’est l’endroit qui mérite d’être bien aménagé et décoré comme on le souhaite. C’est un espace auquel on accorde beaucoup d’importance. Toutefois, cela fait partie des travaux qui coûtent le plus cher dans un projet de rénovation de maison. Afin d’éviter de perdre inutilement de l’argent, voici quelques conseils qui vous permettront de faire des économies.

Éviter de faire les travaux vous-même

Si vous manquez de compétences, oubliez carrément l’idée de rénover votre salle de bains vous-même. Ce type de chantier requiert l’intervention de plusieurs corps de métier. Il faut être réaliste sur les travaux que vous êtes en mesure d’entreprendre. Évitez de vous lancer dans le bricolage et d’installer, par exemple, une douche à l’italienne inadaptée sans vérifier si c’est faisable. Dresser un plan est la première mesure à prendre ! Bien que ce modèle est à la fois simple et esthétique, il présente quelques difficultés techniques.

Oublier de définir le budget

Bien que la salle de bains est une petite pièce, elle peut être l’une des pièces les plus coûteuses à rénover. Il peut y avoir des coûts de rénovation supplémentaires qui peuvent survenir au cours des travaux. Ne dépensez pas de grosses sommes sur des futilités et assurez-vous d’abord que le budget alloué aux travaux soit bien précis. Si vous songez à engager un professionnel pour effectuer les rénovations, sollicitez les services d’un ouvrier qualifié et spécialisé dans le domaine des salles de bains.

Pour réaliser vos travaux au prix le plus juste, faites appel à PASCAL PRO, à Guebwiller. Il connaît les salles de bains et comprend les défis et les surprises qui peuvent survenir. En effet, il est important que tous les composants de la salle de bains soient installés correctement pour éviter des problèmes à long terme.

Minimiser le rangement

Pour que votre salle de bains soit bien aménagée, portez attention sur l’espace de rangement. Cela vous permettra de gagner de la place, mais aussi d’harmoniser la pièce. Il vous faut ainsi un comptoir ample, et rajouter des armoires, des tablettes supplémentaires si nécessaire. Soyez également créatif avec le rangement en incorporant des caisses en bois sous le lavabo, des meubles sous vasque, une colonne de salle de bains, des meubles suspendus comme des étagères ou dans les coins inexploités. Bien que le minimalisme soit à la mode, il faut tout de même prévoir un espace pour ranger vos produits d’hygiène et de beauté, votre linge de toilette… Pensez également à compartimenter l’intérieur de vos tiroirs et étagères. Avec quelques corbeilles ou accessoires en plastique, vous éviterez que le bazar ne s’installe.

Négliger l’éclairage

L’éclairage doit être suffisamment puissant pour y voir clair, notamment pour le maquillage, le rasage, etc. Ce sont des tâches quotidiennes qui sont généralement exécutées dans la salle de bains. Pour que cette pièce soit bien éclairée, assurez-vous d’installer un nombre suffisant de lumières autour du lavabo et du mur. Vous avez le choix entre 2 deux types d’éclairage, c’est-à-dire l’éclairage général et l’éclairage d’appoint. Pour la première option, vous pouvez installer un plafonnier ou un réflecteur.

Abuser du blanc

Bien que le blanc soit une couleur neutre qui met en valeur les éléments de décoration, en abuser risque de donner un côté « salle de bains d’hôpital ou d’hôtel » à votre pièce ! Laissez libre cours à votre imagination et osez tous les coloris possibles. Si votre salle de bains est petite, optez pour des couleurs chaudes ou pastel, qui apportent une touche de chaleur et compensent le manque de lumière.

maison_de_ville

C’est quoi exactement une maison de ville ?

De plus en plus de familles sont tentées de vivre en ville. De cette façon, elles sont à proximité de leur lieu de travail, des établissements scolaires, des services médicaux, des commerces, etc. Elles peuvent également se rendre facilement dans un restaurant, un café ou d’autres formes de restauration de leur choix.

Pour cela, elles doivent habiter dans une maison de ville. Qu’est-ce que c’est ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

La description d’une maison de ville

Une maison de ville peut comprendre une cour à l’arrière ou un petit jardin. Elle se décline en plusieurs styles.

Les maisons de ville autonomes : ce sont des bâtiments qui comprennent deux étages. Leur construction est réalisée sur un terrain individuel. Il existe plusieurs types de maisons individuelles : les maisons individuelles, les maisons de faubourg et les maisons avec un toit en pente.

Les maisons mitoyennes : il s’agit de deux logements qui sont construits côte à côte. Ils représentent moins de dépenses au niveau de la construction.

Les maisons de ville en rangées : elles sont situées surtout en centre ville. Elles sont collées les unes contre les autres. Elles sont contiguës au niveau des deux extrémités, à part le côté face à la rue. Ce type de maison de ville est souvent dépourvu de cour arrière.

Cependant, quel que soit le type de maison de ville que vous avez choisi, il offre de nombreux avantages.

Les avantages d’une maison de ville

Nombreux sont les avantages que procurent une maison de ville.

La proximité : en choisissant d’habiter dans une maison de ville, vous n’avez pas besoin de vous éloigner pour faire vos courses, pour chercher une école pour vos enfants, etc. Vous pouvez même vous passer de votre voiture et prendre les transport en commun.

L’optimisation de la performance énergétique : les maisons mitoyennes procurent une bonne qualité d’isolation au logement et permettent de faire une économie de chauffage. De plus, durant les travaux de rénovation, vous n’êtes pas obligé de mettre en place un système d’isolation. Les murs contigus sont déjà de bons isolants thermiques.

La possibilité de créer un bien atypique : avec une maison de ville, il vous est possible de choisir le style de votre logement : loft, maison contemporaine avec une cuisine ouverte, maison d’architecte, etc.

La présence de petit jardin : en effet, avec une maison de ville, vous profitez d’un petit jardin. Son entretien est moindre et engage moins de coûts.

Toutefois, choisir une maison de ville peut être aussi désavantageux.

Les inconvénients d’une maison de ville

Bien que la maison de ville procure plusieurs avantages, elle dispose également des désavantages.

Le prix : du fait que les maisons de ville se situent en centre-ville, elles sont coûteuses. La taxe foncière y est également chère. La plupart des familles ne peuvent pas le permettre.

La surface réduite : les maisons de ville disposent d’une surface habitable limitée à cause de l’exploitation au maximum du terrain pour implanter plusieurs logements. Néanmoins, vous pouvez aménager vos combles pour obtenir un espace de vie supplémentaire.

Le voisinage : lorsque vous choisissez de vivre dans une maison de ville, vous devez vous faire à l’idée que vous allez avoir des voisins. Cela implique les bruits, l’animation, etc. Vous devez aussi partager le jardin. Dans certains cas, il vous sera même difficile de trouver une place de parking si vous utilisez votre voiture au quotidien.

Le nombre de fenêtres limité : l’éclairage dans une maison de ville peut être limité du fait que le nombre de fenêtres est réduit. Certaines pièces ne peuvent même pas recevoir la lumière du soleil.

maison passive

En quoi consiste la maison passive ?

La maison passive séduit de plus en plus de propriétaires de par les nombreux avantages qu’elle confère. Ce concept est principalement basé sur une norme de construction à haute efficacité énergétique, favorisant également le confort intérieur et l’isolation acoustique.

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

La maison passive est non seulement l’une des principales normes d’efficacité énergétique au monde, mais aussi un concept permettant de construire des maisons et des bâtiments confortables, respectueux de l’environnement et abordables.
Créée en 1996 par l’Institut Passivhaus de Darmstadt, en Allemagne, la « maison passive » a été l’un des concepts pionniers pour la construction de maisons basse consommation. La conception est axée sur l’utilisation optimale des influences « passives » dans un bâtiment (comme les rayons du soleil, l’ombrage et la ventilation) plutôt que sur les systèmes de chauffage et de refroidissement actifs (dont la climatisation et le chauffage central). Associé à des niveaux d’isolation et d’étanchéité à l’air très élevés, ces facteurs externes permettent à une maison passive d’utiliser 90 % moins d’énergie, comparé à une habitation classique.
Les maisons passives offrent donc un confort intérieur optimal étant donné que la température reste constante et que l’air est toujours de bonne qualité. Ils ont également l’avantage supplémentaire de réduire les bruits externes et internes en raison des niveaux élevés d’isolation.

Quelles sont les exigences pour construire une maison passive ?

Pour répondre aux normes de la maison passive, un bâtiment doit respecter plusieurs critères :

  • Chauffage de l’espace intérieur

L’énergie requise pour le chauffage de la maison ne doit pas dépasser 15 kWh / m2 de surface habitable par an.

  • Énergie primaire

L’énergie totale nécessaire pour toutes les utilisations domestiques (chauffage, eau chaude et électricité) ne doit pas dépasser 60 kWh / m2 de surface habitable par an.

  • Étanchéité à l’air

Les maisons passives sont très étanches à l’air. Il ne devrait donc pas y avoir plus de 0,6 renouvellement d’air par heure.

  • Confort thermique

Les espaces de vie doivent être confortables tout au long de l’année, avec une température ne dépassant pas 25 ° C.

Comment construire une maison passive ?

Pour atteindre ce niveau de performance, les constructeurs se basent sur une norme de conception dite « intelligente ». Ils doivent, par exemple, s’assurer que la maison est bien orientée et conçue pour tirer le meilleur parti du soleil et de l’ombrage. Ils doivent également veiller à bien respecter les cinq principes de la maison passive :

  • Aucun pont thermique
  • Fenêtres de qualité optimale
  • Ventilation mécanique dotée de système de récupération de chaleur
  • Isolation renforcée
  • Construction étanche à l’air

Un niveau d’isolation très élevé constitue aussi un élément clé dans le cadre de la construction passive. Cela permet de réduire les pertes de chaleur de sorte que la maison soit maintenue au chaud sans chauffage. Les maisons passives disposent d’ailleurs d’une enveloppe isolante sous forme d’une couche de matériau retenant la chaleur et d’une couche étanche à l’air.
La laine de roche est la plus utilisée pour atteindre les normes des maisons passives, car elle est à la fois performante et incombustible. De plus, elle est facile à poser et préserve toute ses qualités au fil du temps : durable et résistante au feu et ne laisse pas passer la vapeur.
Il existe aussi d’autres matériaux aussi performants que la laine de roche, mais la liste est bien longue. Seule une entreprise spécialisée dans la construction de maisons passives saura vous guider dans le choix du matériau idéal, mais aussi dans la concrétisation de votre projet. Aussi, n’hésitez pas à solliciter les services de Christian BILLOT, un bâtisseur de maisons en bois intervenant à Meursac et alentour.

Focus sur la toiture en tôle

Pour les toits en pente, on a toujours tendance à utiliser le bardeau d’asphalte, alors que la tôle est également une alternative. En effet, vous pouvez opter pour ce type de toiture pour votre abri, votre garage et votre maison. Découvrez dans cet article les avantages, les inconvénients, les différents types et le prix d’une toiture en tôle.

Toiture en tôle : quels sont ses avantages ?

L’un des principaux avantages de la tôle est sa légèreté et sa facilité d’installation. De ce fait, elle constitue un revêtement idéal pour la plupart des bâtiments, notamment :

Les ateliers ;

Les garages ;

Les abris de jardin ;

Les entrepôts, etc.

Outre sa facilité de pose, la toiture en tôle peut également s’adapter à différentes sortes de toitures, comme :

Les toitures arrondies ;

Les toitures en pente forte, etc.

Elle est également imperméable et peut supporter une charge importante, notamment le poids d’une personne lors de l’entretien. Elle a aussi une durée de vie comprise entre 10 et 30 ans.

Sur le point de vue esthétique, la toiture en tôle peut imiter la tuile et est également disponible en divers coloris.

Toiture en tôle : quels sont ses inconvénients ?

Les points faibles de la toiture en tôle résident sur sa mauvaise capacité d’isolation et son manque de résistance. Son côté esthétique qui est un peu bon marché fait d’elle un matériau délaissé. En effet, ce matériau est désormais dédié aux bâtiments secondaires.

En outre, la toiture en tôle souffre profondément d’une mauvaise isolation thermique et phonique (grêle, pluie). De ce fait, elle laisse passer le froid et le chaud. C’est la raison pour laquelle les bâtiments ayant une toiture en tôle ont une double couche d’isolation thermique et phonique.

De ce fait, la plupart des PLU ne veulent plus recourir à une toiture en tôle. De plus, son installation est fortement déconseillée en bord de mer du fait qu’elle est très sensible à la corrosion.

Toiture en tôle : quels sont les différents types ?

La toiture en tôle peut être constituée de différents types de matériaux, notamment :

La toiture en tôle peint ou d’acier galvanisé ;

La toiture en tôle d’aluminium ;

La toiture en tôle d’acier inoxydable ;

La toiture en tôle de cuivre.

Mais, il existe également :

La tôle ondulée

La tôle ondulée pour toiture est généralement caractérisée par sa forme ondulée. Il s’agit de plaques qui sont traitées contre la corrosion. Il est conseillé de choisir une tôle avec un laquage épais pour les zones côtières, car elle est très résistante.

Cette forme de tôle permet une ventilation entre les sections de toiture et la charpente. Elle permet également aux panneaux de former un joint qui va empêcher l’eau de passer.

La tôle imitation tuile

Il s’agit d’une toiture en tôle qui imite l’aspect de la tuile. Cette couverture est aussi connue sous l’appellation de bac acier imitation tuile. En fait, c’est un panneau d’acier galvanisé et qui a une longueur de 1 mètre. Elle est emboutie de façon à imiter le relief de la tuile.

Ce type de toiture en tôle peut être utilisé lors d’une rénovation.

Le prix d’une toiture en tôle

Le prix d’une toiture en tôle est moins onéreux que les autres matériaux. En effet, son coût moyen par m² est environ 60 euros, y compris l’installation.

Le prix de l’isolation est de 40 euros ;

Une plaque de tôle ondulée coûte entre 15 et 40 euros ;

Une toiture en tôle imitation tuile non isolée peut coûter entre 8 et 15 euros.

Une maison de ville à bas prix, comment faire ?

Pour trouver une maison à bas prix en ville, il faut d’abord se tourner vers les sites de petites annonces et les réseaux sociaux. Ce sont de véritables niches de bons plans. En dernier recours, on peut faire appel à une agence immobilière qui peut facilement trouver une maison aux critères choisis. Les agences de notaire aussi ne sont pas à négliger, ainsi que les insertions dans les journaux. Une fois que l’on a déniché la maison idéale, il ne faut surtout pas se précipiter tête baissée dans l’achat. Il faut prendre le temps nécessaire pour s’informer sur elle et la visiter pour voir les travaux à effectuer.

Lire la suite

Délais travaux de rénovation comment faire au mieux ?

Le mieux est de tout planifier au préalable et savoir quel temps impartir à chaque tâche. On commence par les travaux les plus difficiles qui demandent beaucoup de temps et d’efforts. Ensuite, on attaque les petits travaux qui peuvent être faits à la dernière minute. On peut aussi faire appel à la main-d’oeuvre ou sous-traiter avec un spécialiste pour que les choses aillent plus vite. Les conditions météorologiques sont des facteurs imprévisibles à ne pas négliger. De ce fait, le mieux est d’éviter les travaux d’extérieur en hiver. Ou alors, on profite du beau temps pour évacuer ceux-ci avant de se lancer dans les travaux d’intérieur.

Lire la suite