Zoom sur l’assainissement semi collectif

Zoom sur l’assainissement semi collectif

Toute habitation a l’obligation d’être connectée à un réseau d’assainissement pour des raisons environnementales, de santé publique et d’urbanisation. Vous aurez donc le choix entre 3 systèmes d’évacuation d’eaux usées : assainissement autonome, assainissement collectif et assainissement semi-collectif. Encore mal connu, l’assainissement semi-collectif sera l’objet de notre étude dans cet article.

Qu’est ce qu’un assainissement semi-collectif ?

L’assainissement semi-collectif est un système d’évacuation qui regroupe les effluents d’un groupe d’habitation dans un seul dispositif. Ce qui rend cet assainissement semi-collectif est le nombre défini d’habitat qu’il peut supporter. En effet, si un assainissement collectif s’applique pour un grand nombre de foyer individuel, la capacité de l’épurateur semi-collectif est limitée à 20 EH ( Équivalent-Habitant) tout au moins et 2000 EH tout au plus. Ainsi, il s’intègre mieux pour le traitement des effluents des immeubles, des centres commerciaux, des hôtelleries ou encore des hameaux.

On a recours à ce système lorsqu’on ne bénéficie pas d’un réseau collectif mais aussi pour des raisons pratiques. Néanmoins, le fonctionnement de l’assainissement semi-collectif est identique à celui des deux autres systèmes. Il consiste, dans une première phase, à collecter les déchets provenant des canalisations résidentielles. Ensuite, vient l’étape de pré-traitement visant à séparer les déchets polluants des eaux usées. Celles-ci seront traitées et déverser sur un site de traitement.

Quelle réglementation ?

En France, est considérée comme « assainissement semi-collectif » toute installation d’assainissement non collectif autonome de plus de 20 EH. Ce système est encadré par des réglementations nationales dont la plupart prennent en compte les exigences d’assainissement de chaque région. Ainsi l’installation d’un assainissement semi-collectif ne requiert  pas de critères ou de certification en matière de planification projet. Cependant, il nécessite l’aval des autorités compétentes dans votre commune.

Les communes disposent en général d’un réseau de collecte des eaux usées. Les foyers qui choisissent le système d’épuration collectif et semi collectif ne sont pas soumis à des réglementations d’usage. En effet, il appartient à la commune d’identifier la zone d’assainissement et de s’occuper de la mise en place d’une station de traitement.

Par contre, la mise en place du réseau de collecte doit être réalisée par des agents spécialisés en assainissement.

Vous habitez dans la commune de Saint-Rémy-en-Mauges ? N’hésitez pas à contacter notre société AJ Environnement. Nous disposons des compétences nécessaires pour la concrétisation de votre projet d’assainissement, que ce soit individuel, collectif ou semi collectif.

Ses avantages et limites

Le fait qu’un système d’évacuation semi-collectif dispose d’une micro station d’épuration présente plusieurs avantages :

  • Étant donné que la commune assure l’entretien et le fonctionnement du réseau de collecte, vous n’aurez pas à vous coltiner l’installation de divers équipements et n’aurez pas à vous occuper de la gestion du déversement des effluents. Vous bénéficiez donc d’une réduction des coûts d’installation et  du coût d’entretien.
  • Il arrive que le réseau d’assainissement collectif déborde car les déchets déversés ne sont pas limités. Le débordement est rare  avec un système d’épuration semi-collectif. En effet, la limitation du nombre d’usager réduit le risque de formation de bouchon et donc de défaillance dans les canalisations des foyers et de leur réseau.

Cependant, il faut compter certains inconvénients quant à l’installation d’un système assainissement semi-collectif ;

  • L’accordage entre votre épurateur et le tout-à-l’égout exige une étude attenante. Si vous comptez raccorder votre système d’assainissement semi-collectif au réseau collectif, il faudra préalablement réaliser une étude de faisabilité qui demande l’expertise de bureau d’ingénierie.
  • Au delà de ces démarches spécifiques,  une autorisation auprès du MDDELCC et un accord avec la municipalité pour déterminer la responsabilité de la gestion du système de filtration vous seront demandés.