Échafaudage : l’incontournable dans le domaine du BTP

En rénovation ou en construction, l’installation d’échafaudage est une étape incontournable avant les travaux. Cette construction temporaire permet aux ouvriers de se déplacer d’un point à un autre lors d’un ravalement de façade, des travaux de toiture ou autres. Qu’il soit fabriqué en bois, en acier ou en aluminium, l’échafaudage doit être solide et pratique pour garantir la sécurité des artisans. Découvrez dans cet article, les différents types d’échafaudage et les règles de sécurité à respecter lors de leur usage.

Quels types d’échafaudage existent ?

 

Choisir l’échafaudage à monter n’est pas chose aisée. Il faut tenir compte de plusieurs points essentiels, à savoir :

– le poids à supporter : une ou plusieurs personnes ? Existe-t-il des outils lourds qu’il faut utiliser ?

– le matériau : échafaudage métallique, en bois ou en fibres de verre ? La solidité et le prix ne sont pas les mêmes en fonction du matériau.

– la hauteur de travail : le bâtiment à édifier ou à réparer comporte-t-il plusieurs étages ou au contraire une maison de plain-pied ?

– l’environnement de travail : travaux sur un ouvrage isolé ou tout près d’une propriété avoisinante ?

– la nature du terrain : sol meuble ou en béton ?

Les réponses à ces questions vont déterminer le type d’échafaudage à entreprendre. Mais de manière générale, il existe des échafaudages fixes ou mobiles qui comportent chacun des sous-catégories.

Les échafaudages fixes

Ce sont des échafaudages qui sont installés pendant toute la durée d’un chantier. Ils sont souvent utilisés lors des travaux sur des immeubles à plusieurs étages : ravalement de façade, nettoyage de vitres….

  • les échafaudages classiques : ce sont les types les plus usités dans le BTP. Posés sur terre, ils sont souvent sur mesure pour permettre aux artisans de travailler sans inquiétude tout au long de la construction.

 

  • les échafaudages suspendus : contrairement aux échafaudages classiques, les types suspendus ne reposent pas sur terre. Ils sont maintenus en l’air par suspension ou par fixation à l’aide des appuis muraux. Monter un échafaudage suspendu nécessite des qualifications spécifiques. C’est pourquoi on ne l’utilise que dans des ouvrages particuliers. Il est nécessaire de faire appel à un professionnel pour l’installation.

Les échafaudages mobiles

Ce type d’échafaudage est utilisé lors des travaux de courte durée. Il est facile à manier du fait de sa mobilité.

  • les échafaudages roulants : disposant de roues, ce type d’échafaudage peut être déplacé selon les besoins. Il est disponible dans des hauteurs variées pour s’adapter facilement à tout type d’ouvrage. Cependant, son utilisation nécessite une précaution si le sol est en légère pente.

 

  • les échafaudages pliants : ils font partie des échafaudages plébiscités par les artisans, car leur stockage est facile.

 

Les règles de sécurité lors de l’utilisation d’un échafaudage

 

Pour sécuriser le chantier, il est nécessaire voire impératif de mettre un ruban délimitant la zone réservée aux ouvriers surtout si le bâtiment se trouve au bord de la rue. Il faut également interdire aux enfants de rôder autour de l’échafaudage. Quant à l’accès, celui-ci doit s’effectuer uniquement par le biais des échelles et des rampes pour prévenir les chutes.

La surcharge entraîne l’écroulement de l’échafaudage. Ainsi, évitez de prendre des risques inutiles et limitez le nombre d’ouvriers et de matériaux que ce dernier aura à sa charge. Afin de garantir la sécurité personnelle de chaque artisan, le maître d’œuvre doit mettre à sa disposition des EPI adéquats : casque, chaussures de sécurité, combinaison… Bien que l’échafaudage comporte un garde-corps, il faut toujours prévoir des harnais afin d’éviter une chute mortelle.

Lors de l’utilisation d’un échafaudage mobile surtout du type roulant, assurez-vous que le sol soit bien plat. Si celui-ci présente une pente même légère, il est nécessaire d’équilibrer l’échafaudage à l’aide d’un système d’ancrage ou d’un pied non roulant. En outre, lorsqu’une personne se tient dessus, il faut éviter de déplacer la structure au risque de la faire tomber. La surface de l’échafaudage peut être glissante à cause de l’eau, du ciment, du sable et d’autres résidus posés dessus. C’est pourquoi, il est important de porter des chaussures antidérapantes. De même, le port de gants peut s’avérer nécessaire pour faciliter l’escalade de l’échafaudage.

Quand le chantier se trouve à proximité d’une ligne électrique, il faut respecter la distance de 3 à 5 mètres. S’il s’agit d’une ligne haute tension, cette distance peut augmenter.