Toiture en pente : quel type de pente installer ?

Toiture en pente : quel type de pente installer ?

Les formes de toit varient en fonction des régions et du style architectural. En réalité, la toiture en pente est la toiture la plus populaire dans la France Métropolitaine. Composée de nombreux éléments d’aspects et de matériaux variables, elle répond à certaines règles. Quels sont alors les différents types de pentes ?

La toiture monopente : volumineuse, mais économique

Comme le toit arrondi et le toit plat, la modèle en pente est composé de différents éléments : la couverture, l’isolation, l’évacuation des eaux de pluie, la charpente et la ventilation. Le toit monopente dispose d’une seule pente qui doit avoir une inclinaison de plus de 15°. L’étanchéité de ce type de pente est garantie par une gouttière placée au bas de la déclivité.

L’unique versant assure l’évacuation de la neige plus fluide, sans poids démesuré pour la charpente. On retrouve la toiture monopente généralement dans les régions montagneuses où il aide à lutter contre la collecte de neige ou de pluie. Moins onéreuse à mettre en place, elle vous permet de faire des économies.

Toutefois, il faut souligner que ce type de pente peut déplaire en raison de sa grandeur. Il donne un effet volumineux aux plus larges maisons ou bâtiments. De plus, vous aurez moins de place dans les combles pour la création d’une nouvelle pièce ou cette dernière sera extrêmement mansardée.

Toiture en pente : les toits à 2 ou 3 pans

Il s’agit du type de pente le plus classique. La déclivité des pentes doit aussi être d’au moins 15 °C. Pour l’évacuation, il faut installer des gouttières à l’extrémité de chaque pan de toit. Vous pouvez mettre en place une isolation intérieure ou extérieure sur cette toiture.

L’étanchéité et la surface sous-toiture de ces toits permettent de créer aisément une nouvelle pièce à vivre et d’y apporter de la clarté au moyen de fenêtres de toit. Les toits à deux ou trois pans sont très simples à faire. Cependant, on peut leur reprocher le manque d’originalité dans leur design, puisque c’est la pente la plus répandue en France.

Une toiture à 4 pans pour donner du caractère à votre logement

Les habitations ayant ce type de pente sont dotées de deux plans trapézoïdaux et de pans en croupe triangulaires. Il est spécialement employé sur les anciennes bâtisses comme des maisons bourgeoises ou des corps de fermes. Le toit multi-pentes offre plus de possibilités en matière de design. Il peut être mis sur des pavillons récents ou sur des bâtiments antiques selon les matériaux de faîtage choisis.

Ainsi, il est possible de donner une apparence très contemporaine à votre maison ou au contraire fortement authentique. Vous avez la liberté de sélectionner la longueur des versants et des croupes suivant votre imagination. Avec les gouttières apposées au bout des pans en croupe et de chaque face trapézoïdale, les eaux s’évacuent très efficacement.

Cette pente offre une grande superficie et vous pouvez créer une pièce dans vos combles en l’inondant de lumière grâce aux fenêtres de toitures posées par exemple sur les croupes. Il est plus utilisé dans les zones venteuses parce que sa prise au vent est limitée comparée aux autres toits. Toutefois, il est onéreux.

Quelle pente pour ma toiture ?

Le degré de la pente varie suivant 3 critères. Le premier est la position de la maison dans son environnement immédiat. Cela permettra d’analyser l’exposition aux intempéries. Il y a aussi la zone géographique du logement, qui prend en considération le climat.

Enfin le niveau de déclivité qui dépend du matériau de couverture utilisé. Dès que vous déterminez ces points, vous pouvez calculer l’angle de l’inclinaison avec le théorème de Pythagore, à l’aide des grandeurs fournies en fonction des matières de faîtage exploitées.

En conclusion, comme type de pente, on distingue les toits monopente, à deux ou trois pans et multi-pentes. Votre choix se fera en fonction de vos besoins, vos préférences et surtout la situation géographique de votre maison.